jeudi 29 novembre 2012

L'hyperphagie: au-delà de la gourmandise, le trouble alimentaire.

Ne pas reprendre le poids perdu est une victoire en soi! Mais je réalise ô combien c'est spécial quand on a souffert de troubles alimentaires... C'est là la victoire que je veux partager: on ne guérit jamais d'un trouble alimentaire ou d'une dépendance, mais il est possible d'avoir une vie belle et saine!

Manger est un besoin essentiel et généralement une source de plaisir. Mais qu'en est-il lorsque l'idée de manger devient une souffrance? Ou que l'idée de manger soit notre source principale de joie ou de réconfort? Comprenons-nous; manger de la crème glacée un soir devant un film de Drew Barrymore parce que Le Gars ne nous rappelle pas, ce n'est pas un problème ;-) Mais ça peut le devenir si les prétextes pour manger s'accumulent, si la quantité avalée change, si l'idée de manger nous enlève de l'intérêt pour nos autres activités, si on vit de la honte... 

Les troubles alimentaires les plus connus sont l'anorexie et la boulimie. Le trouble qui me préoccupe est l'hyperphagie. L'hyperphagie boulimique se caractérise par l'absorption d'énormes quantités de nourriture en un court laps de temps, et ce, au moins deux fois par semaine pendant un minimum de six mois. Ce qui différencie l'hyperphagie de la boulimie, c'est l'absence de comportements compensatoires. En effet, les hyperphagiques ne prennent aucun moyen pour contrôler leur poids: ils ne se font pas vomir, ne prennent pas de laxatifs ou de médicaments amaigrissants, ne jeûnent pas et ne font pas d'exercices physiques à outrance, contrairement aux boulimiques.

J'en parle parce que bien peu de gens connaissent ce trouble et beaucoup en souffrent. Peut-être est-ce votre cas? Voici quelques traits qu'on retrouve souvent chez les hyperphagiques:
  • manger jusqu'à en avoir mal à l'estomac, jusqu'à avoir la nausée
  • quantité importante de nourriture avalée en peu de temps
  • manger sans avoir faim
  • manger seul, quitte à attendre tard le soir ou se cacher
  • se restreindre aux repas pour mieux se gaver ensuite
  • avoir fait des régimes
  • sentiment de honte, de culpabilité
La personne hyperphagique ne compensera pas son gavage comme un boulimique peut le faire. Mais elle peut tout de même tenter différents régimes. D'ailleurs, le trouble est exacerbé par les restrictions imposées. Dans de nombreux cas, le trouble naît de l'alternance entre régimes draconiens et épisodes excessifs. C'est un cercle vicieux qui amène un surplus de poids, un sentiment de honte, l'isolement, et les différents problèmes de santé physique qui viennent souvent avec le surplus de poids.

Un trouble alimentaire est un trouble mental, une dépendance au même titre que la toxicomanie ou l'alcoolisme. Mais ce n'est pas une condamnation pour autant! Et c'est parce que je veux vraiment vous aider que je vous en parle. Je suis hyperphagique, ce qui ne m'a pas empêché de perdre du poids et de ne pas le reprendre (ça fait un peu plus de 2 ans que je me maintiens). Et au-delà de ma perte de poids, je suis surtout devenue plus forte, sereine et épanouie! Oui c'est possible! Évidemment c'est du travail, mais c'est tout à fait possible! Je reste hyperphagique et fragile en certaines circonstances. Mais si vous relisez mes textes de l'hiver dernier, vous verrez que j'y ai vécu des moments particulièrement difficiles et j'ai réussi à ne pas reprendre de poids. Dans tout ce cheminement je suis devenue plus forte, et je me sens tellement bien!!!

Je veux vous apporter de l'espoir parce que oui, c'est possible de s'en sortir! D'ailleurs je me permets un dernier partage: un jour j'ai rencontré une psychiatre qui a changé ma vie. C'est elle qui m'a posé le diagnostic d'hyperphagie. Ce faisant, elle m'a expliqué que ce trouble est un peu plus "facile" à traiter que les 2 autres. Le plus difficile c'est de commencer, parce que dès que la roue commence à tourner de l'autre côté, ça s'enchaîne, on se sent mieux et le combat est plus facile.

Vous avez des questions? Des commentaires? Des questions? N'hésitez pas! Je suis là pour vous! Vous pouvez me rejoindre:
Je vous souhaite tellement d'être bien!!!




5 commentaires:

  1. J'attendais avec impatience un nouvel article. Vois-tu je te comprends TELLEMENT, je souffre d'hyperphagie depuis mon adolescence. à la moindre contrariété j'ai une envie de manger des aliments en grosse quantité. Que ce soit lors de mon souper, ou quand je suis seule en soirée. Étonnamment le matin et l'après-midi je n'ai aucun symptôme... c'est comme si lorsque je vois le lendemain s'en venir je panique et la nourriture me calme. Pour essayer de me contenir et de ne pas m'en aller à manger n'importe quoi, j'ai retiré le chocolat, les chips ... tous les aliments à calories vides de chez moi pendant quelques années... le temps que j'arrive à me contrôler sans nuire à ma santé. Je me souviens je m'achetais des laitues iceberg à profusion... et lors de crises je mangeais 2-3 laitues, au moins c'est de l'eau et des fibres... et ça me rendait moins malade... et honnêtement je trouve ça plus ridicule me gaver de salade que de chocolat alors je prends conscience de mon comportement plus facilement. Avec le temps j'ai appris à gerer mes émotions autrement... bon c'est sur ya des rechutes!! mais la quantité ingérée est moindre qu'auparavant, ce que je considère comme une victoire en soi! Je me suis aussi procurée du popcorn avec presque pas de sel et de gras, dans mon cas ça gonfle et ça me stoppe assez vite dans ma crise. Je suis rendue à peut être une par mois.

    Le pire là dedans je pense c'est que personne le sait (ben là tous les lecteurs le savent :P) et personne l'a jamais su non plus par le passé. C'est un trouble qu'on vit dans la solitude. J'avais pas honte, c'est juste qu'en présence de personnes j'oublie un peu cet inconfort alors le besoin de manger n'est pas là.

    C'est dans la solitude qu'on réfléchit le plus!

    En espérant pouvoir aider ne serait-ce qu'une personne par mon témoignage :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Catherine, j'te trouve fantastique! Tes commentaires et témoignages donnent sens à ma mission sur ce blog!

      Tu vois? J'allais te répondre un peu plus longuement ici... mais tu me donnes le courage de me livrer d'avantage! Donc je vais écrire un autre texte sur mon expérience avec l'hyperphagie!

      Merci d'être là ma belle :)

      Supprimer
  2. Salut!

    Merci, vos interventions m'aident beaucoup. Je me rend compte que les blogs parlent beaucoup de boulimie et d'anorexie, mais peu d'hyperphagie.

    J'ai encore de la difficulté à déterminer si je suis hyperphage, étant donné que sur certains blogs, certains semblent dire que si on ne mange pas 1 boîte de biscuits, des bonbons, 2 sacs de chips et 2 assiettes de restants, on n'est pas considéré comme hyperphage.

    J'au une tendance à être très déprimée. J'ai eu plusieurs épisodes d'idées noires et de crises suicidaires. Il me semble que manger est la seule façon de canaliser la souffrance pour ne pas déraper.Comme symptôme j'ai: la culpabilité, le fait de se cacher pour manger, les maux de ventre intense, manger sans vraiment avoir faim, l'impression de ne pas pouvoir s'arrêter, manger à peu près tout ce qui me tombe sous la main et l'ingestion d'une quantité assez substantielle de nourriture...

    Je vois une psychologue depuis peu, mais bien que je l'aime, je me sens incapable de lui en parler... une seule de mes amies le sait et j'ai peur qu'une fois que certaines personnes soient au courant, je ne puisse plus manger en paix pour canaliser la souffrance, et qu'alors je risque de ne plus avoir de contrôle sur ma déprime et que le désespoir me gagne et que j'aie envie de mourir et ne puisse pas réprimer tout ça...

    Est-ce que quelqu'un pourrait m'éclairer..?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Myriam,

      Je voudrais tellement t'aider! C'est difficile l'hyperphagie parce que c'est encore méconnu... Si je peux te donner un conseil; parle-en à ta psychologue! Sans nommer l'hyperphagie, parle-lui de ces épisodes où tu manges de grandes quantités de nourriture... Essayez ensemble de voir quelles émotions t'habitent juste avant d'avoir cette pulsion de manger...

      Et surtout: n'haies pas honte!!! Tu devrais même être très fière d'être assez forte et courageuse pour reconnaître que tu as un problème et chercher à t'en sortir. Je trouve ça admirable! Tellement de gens ont des problèmes qu'ils n'osent pas affronter... Tu es spéciale, tu dois être fière de toi!

      N'hésite pas, je suis là pour toi, xxx

      Supprimer
  3. Merci Dominique pour tes encouragements xx, ils sont très appréciés.

    RépondreSupprimer